Paris, le 29 octobre 2020

Découvrez plus en détails les conférences de la PGSession 13, qui auront lieu le 19 novembre en live sur le site des PGSessions ! Voici leurs horaires respectifs, la description de leurs contenus par les conférenciers, et quelques rappels utiles.

PGSession 2020

Chaque conférence durera 20 minutes, suivie d’une session de questions-réponses en direct. Le jour J, posez vos questions sur Twitter avec le mot-clé #pgsession13 ! Ou bien écrivez-nous à contact@postgresql-sessions.org.

10h00 : PostgreSQL 13

Benoit Lobréau Comme d’habitude, nous ouvrirons le bal avec une conférence sur les nouveautés marquantes de la dernière version majeure de PostgreSQL, sortie en octobre.

Cette année, c’est Benoit Lobréau, l’un de nos DBAs récemment arrivés chez Dalibo, qui s’y colle ! Il est en effet de tradition de demander à une nouvelle recrue de s’emparer de ce sujet incontournable.

Forza, Benoit !

10h30 : Libérez votre DBaaS !

Étienne Bersac Quand il n’est pas pompier volontaire ou joueur de cornemuse, Étienne Bersac est l’un de nos développeurs, contributeur à plusieurs projets du Dalibo Labs.

C’est ainsi qu’il présente sa future conférence :


“Après un tour des solutions DBaaS, Dalibo propose sa nouvelle contribution à l’écosystème cloud PostgreSQL : une implémentation libre de RDS, le DBaaS d’Amazon.

Nom de code : cornac ! Le projet est constitué d’une API HTTP et d’une console web qui seront démontrées en direct.”

11h00 : Le retour d’expérience d’Air France

Air France Air France sera notre VIP 2020.

Trois personnes représenteront cette entreprise utilisatrice de PostgreSQL : Patrick Vergne, à la tête d’une équipe de DBAs experts, accompagné de Stéphane Tachoires et Caroline de Vasson, respectivement DBA Senior et Ingénieure.

Toujours friands de retours d’expérience sur PostgreSQL, nous découvrirons leur démarche dans le domaine des SGBD, leurs réussites et leurs difficultés, avant une seconde partie plus technique, pour finir sur leur migration d’Oracle vers PostgreSQL.

11h30 : Arrêt sur E-Maj

Philippe Beaudoin Chez Dalibo, Philippe Beaudoin a plusieurs casquettes, dont celle de consultant, spécialiste des migrations, et mainteneur du projet E-Maj.

Notez l’originalité de sa présentation suite à l’appel à conférenciers : “Arrêt sur E-Maj ou comment faire voyager vos données de test dans le temps !”


Retour vers le futur

OK Marty, remets notre base de recette dans son état de mardi matin…

OK Marty, montre-moi les mises à jour effectuées sur la table des événements lors du test d’hier…

Quel développeur/testeur d’application n’a pas rêvé de maîtriser ses données de test en quelques clics ?

La solution Open Source E-Maj, avec son extension PostgreSQL et son client web, permet non seulement de visualiser le détail des mises à jour effectuées par tout traitement mais aussi de les annuler pour revenir à un état antérieur.

Cette conférence présentera les principes de la solution, montrera comment elle peut se révéler d’une grande utilité, notamment pour les tests, et sera agrémentée d’une démonstration du client Emaj_web.”

14h00 : Réplication logique

Cédric Duprez Passionné par PostgreSQL, Cédric Duprez est Référent bases de données et formateur des DBAs à l’IGN, l’Institut National de l’information Géographique et forestière. Nous sommes ravis de l’accueillir en tant qu’orateur cette année, d’autant plus que Cédric fait partie des contributeurs à la communauté PostgreSQL, sans lesquels le SGBD libre n’existerait pas.

Il nous a proposé son sujet pratique en ces termes :


“Jusqu’à la version 10 de PostgreSQL, les outils dont on disposait nativement pour réaliser une montée de version majeure étaient la sauvegarde / restauration par pg_dump / pg_restore ou l’utilisation de l’extension pg_upgrade. Si ces méthodes sont robustes, elles ont pour désavantage de nécessiter une interruption de service dont la durée s’accroît avec la volumétrie hébergée par les instances à migrer.

D’autres solutions basées sur la réplication permettaient déjà de diminuer ce temps d’indisponibilité, mais elles nécessitent la mise en place d’outils externes au moteur PostgreSQL (Slony par exemple), avec un besoin de montée en compétence et d’administration supplémentaire.

Depuis la version 10, il est possible d’utiliser nativement la réplication logique pour diminuer très fortement, voire éviter, l’interruption d’accès à l’instance mise à jour.

Cette présentation montrera comment cette solution a été utilisée, ses particularités, les écueils à éviter, le tout dans un contexte un peu particulier d’une migration concomitante de version majeure de PostGIS.”

14h30 : Filtrer l’accès aux données par territoire avec les RLS

Régis Haubourg

Nous poursuivrons avec PostGIS, grâce à notre partenaire historique et néanmoins lyonnais, Oslandia ! Habitué des PGSessions, Régis Haubourg vous fera une démo sans lunettes de ski sur comment filtrer l’accès aux données par territoire dans une application SIG en utilisant des Row Level Security Policies.

Voici sa proposition :


“Le couple QGIS - PostGIS/PostgreSQL permet désormais de mettre en place des applications métier de saisie très facilement.

QGIS reste un client bureautique de base de données qui accède directement aux tables et vues par des accès SQL, sans tierce couche applicative. La gestion de droits est alors naturellement déléguée aux droits côté postgreSQL, qui permet de gérer finement les droits d’accès, lecture et écriture à la granularité des relations.

Que ce soit pour des applications de gestion de réseaux d’eau, de cadastre, de planification de travaux, un besoin récurrent est de permettre de filtrer l’accès et les droits d’éditions par territoire. Un utilisateur d’une commune ne doit par exemple pas pouvoir éditer les données de la commune voisine, mais pouvoir y accéder.

Cette conférence fait un tour d’horizon de la solution offerte par les politiques d’accès par enregistrement, les Row Level Security Policies ou RLS.

Comment se déroule l’utilisation des RLS dans le cadre de base de données intégrant la logique métier et faisant appel à des vues éditables ?

Peut-on faire des filtrage spatiaux ? Est-ce une bonne idée ? Quels sont les pièges des RLS à l’utilisation ?

Enfin, cette solution est-elle compatible dans une approche multi-clients, par exemple avec un client web cartographique et un client bureautique fonctionnant sur la même base de données ?”

15h00 : PostgreSQL à l’univers…ité

Thibaut Madelaine

Vous terminerez cette journée de Conférences avec Thibaut, l’un de nos DBAs consultants, qui vous emmenera dans le monde universitaire, où il lui arrive de donner des cours sur PostgreSQL pendant son “temps CCC” (chez Dalibo, chacun⋅e peut consacrer 20% de son temps de travail à des tâches de contribution externe).

Il nous a enthousiasmés avec ce sujet certes moins technique, mais pertinent au regard des besoins du marché et de la qualité de notre SGBD favori, qui après tout mérite toujours plus de visibilité !


“PostgreSQL est un projet libre exceptionnel. Sa communauté est très active et ses utilisateurs sont de plus en plus nombreux. L’open source a dorénavant acquis ses lettres de noblesse et les DSI, eux-mêmes souvent frileux par le passé, poussent dorénavant à l’adoption des logiciels libres et de PostgreSQL en particulier.

Cependant, d’une part, d’autres SGBD continuent de dominer le marché. Oracle ou Microsoft SQL Server sont bien implantés et vont peser pour défendre leur marché. D’autre part, de nouvelles bases de données telles MongoDB, Elasticsearch ou Cassandra ont su convaincre largement parmi les développeurs d’applications. Enfin, MySQL et MariaDB restent extrêmement populaires et déployés.

L’excellence technique de l’outil PostgreSQL est un point qui compte. Il a ainsi su prouver qu’il pouvait-être utilisé pour des projets de grande ampleur. Sa (supposée ?) complexité d’installation et d’administration, sans compter le manque de ressources en DBA, lui font malheureusement préférer d’autres SGBD pour les « petits projets ».

Un des axes d’amélioration qui ressort de nombreuses interventions dans la communauté concerne le besoin de tutoriels ou de manuels de prise en main pas-à-pas. Ces points sont importants mais ne sauraient masquer une règle essentielle : tout le monde va préférer utiliser un outil déjà connu à un nouvel outil.

Un bon moyen de rendre notre outil connu, reconnu et facile d’accès est donc de le présenter le plus tôt possible aux utilisateurs potentiels. Quoi de mieux pour cela que de proposer l’enseignement de PostgreSQL à l’université !

Nous devons offrir des cours de qualité permettant aux enseignants de proposer une découverte de notre outil et renforcer son adoption par les étudiants, pour beaucoup, futurs développeurs.

Après un présentation de quelques chiffres sur l’adoption de PostgreSQL, je présenterai, dans cette intervention, comment j’ai modifié les cours de formation continue de Dalibo, pour les rendre compatibles avec un enseignement en licence 3 d’informatique.”

Rappels

Les slides seront ensuite archivées, tandis que les conférences pourront être vues et revues individuellement sur notre chaîne Youtube dans les jours qui suivent la PGSession.

On vous tient au courant !


Des questions ? Écrivez-nous à contact@postgresql-sessions.org !


DALIBO

DALIBO est le spécialiste français de PostgreSQL. Nous proposons du support, de la formation et du conseil depuis 2005.