Paris, le 29 janvier 2020

En décembre dernier, les salarié⋅e⋅s de Dalibo ont participé à l’Assemblée Générale, au cours de laquelle les cogérants Virginie Jourdan et Jean-Paul Argudo ont été réélus par la majorité des associé⋅e⋅s de la SCOP… l’occasion de dévoiler leurs parcours, leurs motivations et leurs visions de la gérance.

jpa_vi

Virginie et Jean-Paul, qui êtes-vous ?

Virginie : Je viens de fêter mes 6 ans chez Dalibo, où je suis rentrée d’abord par le biais de l’activité Formation, pour ensuite me diriger progressivement vers les Ressources Humaines. Déjà baignée dans l’Open Source par mon expérience dans le SIG chez Camptocamp il y a 10 ans (que le temps passe vite !), j’ai retrouvé avec grand plaisir le même état d’esprit, ainsi que la même importance accordée à l’humain et à la communauté, avec un petit truc en plus, la SCOP, qui s’est avérée être en fait une découverte passionnante !

Entre ces deux parcours d’entreprise, une expérience m’a particulièrement marquée : la vie à l’étranger, en Chine puis en Inde. Cela a contribué à m’ouvrir au monde, et à me construire aussi bien personnellement que professionnellement. Depuis, j’ai gardé un attachement particulier pour l’Asie, et un goût certain pour la vie à l’étranger…

Jean-Paul : Sorti de la fac avec un maîtrise en informatique de gestion dans la poche, j’ai commencé ma carrière comme développeur avant de devenir DBA.

J’ai trituré Oracle et SQL Serveur, en particulier, dans les moindres recoins. Je suis hélas rapidement arrivé aux limites du logiciel propriétaire. Libriste dans l’âme depuis toujours, je me suis naturellement tourné vers PostgreSQL, et j’ai alors acquis une double compétence Oracle/PostgreSQL, assez rare à l’époque.

De fil en aiguille j’ai créé le site web www.PostgreSQLFr.org en 2004, puis l’Association PostgreSQLFr avec une poignée d’amis, qui s’est très vite retrouvée avec un stand dans le village associatif de l’expo Solutions Linux.

La rencontre avec plusieurs professionnels demandeurs de services autour de PostgreSQL me donne l’idée d’une société dédiée à PostgreSQL, et Dalibo naît en juillet 2005. Créée comme SARL simple, les pratiques de dialogue et de démocratie interne nous poussent collectivement à transformer Dalibo en 2011. Cette année-là, la société devient une SARL SCOP, qui n’appartient plus à ses créateurs, mais à ses salariés. Les gérants historiques sont depuis remplacés par des gérants élus par les salariés-associés de la structure.

Vous sortez de 2 années de cogérance, quel est votre bilan ?

Virginie : Le travail dans une SCOP est unique, que ce soit en terme organisationnel ou humain. Cela a répondu en tous points, et dès le début, à mes attentes personnelles d’autonomie, et d’impact individuel et collectif des actions de chacun. Être à la gérance d’une SCOP est un challenge de tous les jours… c’est à la fois confortable et périlleux. Confortable car la SCOP, c’est avant tout une force, la force de ses associés, et chez Dalibo de l’ensemble de ses salariés en fait. Et être la gérante d’une équipe de cette qualité, impliquée et forte, c’est très agréable.

Le côté périlleux, intrinsèque à Dalibo, est lié à l’immanquable affect que l’on y met, à tous les niveaux, et qui rend les conflits ou départs plus difficiles à vivre qu’ailleurs. Il y en a eu malheureusement, mais si je devais retenir un bilan de ces deux dernières années, cela serait celui d’avoir, par nos actions, amélioré le climat social, apaisé les conflits et remis de la sérénité.

Tout n’est pas réglé bien sûr, il y a toujours des dissensions, des avis opposés et qui se heurtent, mais c’est aussi ça qui rend notre SCOP dynamique et précieuse !

Jean-Paul : Jusqu’en 2017 inclus, j’étais le gérant officiel et unique de Dalibo, bien que Damien Clochard occupait un poste de cogérant dans les faits. Si j’assumais le risque juridique et organisationnel d’être officiellement seul à la barre, c’est parce qu’au quotidien, Damien était toujours présent.

Lorsqu’il décide de se consacrer à nouveau à 100% sur un métier de DBA PostgreSQL, je prends conscience que la gérance doit devenir une cogérance réelle, et donc, légale. Au moment de poser ma candidature, je ne voyais que Virginie à mes côtés pour une cogérance sereine et efficace, avec un réel partage de tâches, grâce à des domaines de compétences qui se complètent.

Depuis, nous avons entériné le fait que Dalibo ne pourrait être désormais géré que par un tandem. C’est un bonheur quotidien que d’avoir Virginie à mes côtés pour gérer Dalibo. Mais on n’y arriverait pas non plus sans s’appuyer sur l’efficacité de nos responsables d’agences, et tout le travail réalisé par les différents groupes de travail que compte la société.

Le bilan de 2018~2019 est à bien des égards très positif. Je pense que nous avons désormais tous confiance les uns en les autres, et qu’il y a un très fort respect pour le travail accompli à tous les niveaux. Les équipes sont soudées et avancent ensemble. Cela se ressent dans la qualité du travail rendu aux clients. L’Expertise PostgreSQL est plus que jamais l’ADN de Dalibo. Nous avons énormément investi sur la R&D, via des embauches dédiées. Cela a accéléré la production Open Source de Dalibo, via un effort qui est désormais collectif.

S’il y a parfois des couacs, nous prenons de manière collective les mesures qui s’imposent pour qu’ils ne se reproduisent plus. La souplesse de la structure Dalibo est probablement plus grande aujourd’hui que ce qu’elle ne l’était auparavant, ce qui est paradoxal, puisque nous sommes désormais plus de 30 salariés. Sur le plan des chiffres, la croissance de Dalibo est au beau fixe, puisqu’elle s’exprime toujours à deux chiffres, ce qui est exceptionnel dans le paysage économique actuel.

Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter à nouveau à la gérance de Dalibo ?

Virginie : Tout simplement parce que le premier mandat de deux ans me semblait très court, trop court pour voir la portée des décisions, l’impact des changements proposés.

Mes prochains défis, moi qui suis plutôt orientée dans la cogérance « interne », c’est de continuer à placer l’humain et son expertise au centre, en favorisant l’émulation interne et la formation.

Jean-Paul : Nous avons entrepris ces deux dernières années des modifications structurelles de la société qui demandent à être affinées dans le temps. Il y a aussi plusieurs projets qui nous tiennent à coeur et que nous voulons porter à terme.

Sur le plan personnel, je m’efforce de transmettre un maximum de mon expérience de la gérance à Virginie comme en interne, sait-on jamais qu’un jour je décide moi aussi de me consacrer à 100% à la technique à nouveau (bien que ça ne m’ait jamais vraiment quitté, je trouve toujours une bonne excuse pour lancer un psql, coder des fonctions en pl/pgsql…).

Le plus important reste le plaisir de faire ce que je fais. Dalibo est un projet en constant renouvellement. L’embauche d’un profil particulier amène son lot de nouveautés, et avec elles, de nouvelles possibilités et perspectives ! En fait, l’objectif primordial à mes yeux est de faire en sorte que les personnes ne cessent jamais d’apprendre, et ma responsabilité de cogérant c’est de leur donner les moyens pour le faire.

Quelle est la particularité de votre nouveau programme ?

Virginie : Pour chaque mandat, nous nous engageons sur un programme de gérance pour les deux années à venir, et cette fois-ci, nous avons souhaité ajouter, en plus de la stratégie interne et externe, un volet RSE, pour inscrire notre SCOP dans une démarche sociale, solidaire et éco-responsable. Même si Dalibo a toujours eu des valeurs et s’est efforcée de maintenir une certaine éthique dans nos pratiques, nous ne l’avions jusqu’ici jamais formalisée, nous contentant de faire au mieux, et de façon pragmatique.

Cette feuille de route, votée par l’Assemblée Générale en décembre 2019, a été construite et co-construite, sur plusieurs mois, avec l’ensemble des salariés. À nous tous maintenant de l’appliquer, et à nous deux d’assurer notre rôle de chefs d’orchestre !

Jean-Paul : Ce programme a été élaboré dans la concertation la plus vaste. Si au final c’est bien Virginie et moi-même qui avons le dernier mot sur son contenu, nous nous sommes efforcés d’y intégrer le maximum des demandes et remarques faites par nos pairs lors des nombreuses réunions collectives dédiées à l’élaboration du programme de gérance.

Ensuite, il y a à mes yeux un changement important. Nous avons laissé la main à nos différents groupes de travail pour établir des budgets de fonctionnement et de dépenses. Généralement ce travail est l’apanage des directions générales dans les sociétés classiques. Nous pensons avec Virginie que c’est aux gens les plus compétents et demandeurs de le faire. Une fois que ces budgets unitaires seront établis, nous les mettrons bout à bout afin d’avoir une vision d’ensemble. S’il doit y avoir des arbitrages, on les fera de la façon la plus collective possible. Nous souhaitons limiter au maximum l’utilisation de notre mandat de gérance pour avoir à trancher. À mes yeux, ça n’est pas fuir les responsabilités de la gérance. Au contraire, c’est un acte de gérance fort que de laisser la main à d’autres sur ce genre de sujets !


DALIBO

DALIBO est le spécialiste français de PostgreSQL. Nous proposons du support, de la formation et du conseil depuis 2005.