Paris, le 9 mars 2020

Son retour sur PGConf.EU 2019 ne nous avait pas tout dévoilé… Carole Arnaud, chef de projet et associée chez Dalibo, venait en fait d’être élue au sein du Comité de Code de Conduite de la communauté internationale PostgreSQL. À présent, elle peut nous en dire plus sur cette nouvelle façon de contribuer.

carole_pgdayparis

Tout d’abord, peux-tu revenir sur tes débuts en tant que contributrice ?

Carole : Avant mon arrivée chez Dalibo en 2014, j’utilisais déjà PostgreSQL dans mon ancien poste, mais sans forcément être sensibilisée à la culture de l’open source.

Dalibo proposant à chaque salarié⋅e de dédier 20% de son temps de travail aux contributions, je me suis interrogée sur ce que je pouvais apporter à la communauté, pensant que les contributions étaient avant tout “techniques”.

Mais notre collègue Damien Clochard, président de l’association francophone PostgreSQLFr, m’a encouragée dès 2016 à m’investir dans l’organisation du PGDay France qui devait se dérouler à Lille cette année-là. J’ai pu faire ce que j’aime - organiser, coordonner les actions, les bénévoles - et rencontrer de nombreux membres de la communauté française, dont Anthony Nowocien avec qui j’ai eu l’occasion de collaborer à de nombreuse reprise par la suite. Nous partagions tous le même objectif concret, celui de réussir l’événement le jour J !

Lors de cette première expérience j’ai découvert le plaisir et la satisfaction de la coopération bénévole. J’ai donc réitéré l’expérience en 2017 à Toulouse, et 2018 à Marseille, tout en m’impliquant progressivement de plus en plus dans l’organisation du pgDay Paris, un événement de l’association PostgreSQL Europe auquel j’ai fait le choix de me limiter depuis 2 ans.

carole_pgdayfr

Qu’est-ce que le Comité de Code de Conduite au sein de la communauté PostgreSQL ?

Carole : Depuis de nombreuses années, la Core Team du PostgreSQL Global Development Group souhaitait la mise en place d’un Code de Conduite.

Un Comité de Code de Conduite a ainsi vu le jour en octobre 2018. Pour assurer la légitimité de ses prises de décisions, une personne extérieure au bureau, Stacey Haysler, a été mandatée pour le créer avant d’en devenir la coordinatrice. Quatre personnes de la communauté ont ainsi été choisies et, grâce à leur travail, un Code de conduite a été rédigé.

La composition du comité est appelée à changer tous les 3 ans, tout en échelonnant les départs afin d’assurer la continuité de son fonctionnement. L’année dernière, 2 places se sont donc libérées.

À la réception de l’appel à volontaires sur les listes de diffusion communautaires, je me suis dit que cela pourrait être un moyen de contribuer au-delà de l’organisation des événements, que c’était dans mes cordes. C’est pourquoi j’ai envoyé un dossier de candidature qui résumait mes motivations et mes contributions passées. C’est un peu surprise mais avec beaucoup de joie que j’ai appris quelques semaines plus tard que ma candidature avait été acceptée.

La seconde personne à avoir été choisie est Umair Shahid que j’ai pu rencontrer avec Stacey, Jonathan Katz et Ilya Kosmodemiansky lors d’une réunion du comité organisée durant la PGConf.EU de Milan. Cette réunion, à laquelle ont également participé Lætitia Avrot et Vik Fearing qui quittaient le comité, a permis un passage de relai et un point sur les dossiers en cours.

De manière générale, nos missions sont les suivantes :

  • recueillir les témoignages d’incidents,
  • enquêter, vérifier les faits grâce à des entretiens,
  • proposer des actions à la Core Team qui est la seule à pouvoir décider des sanctions.

Chaque année est rédigé un rapport qui récapitule les incidents traités. Celui de 2019 est en cours de rédaction, mais il est possible de lire celui de 2018, accessible en ligne.

Concernant nos pratiques, nous venons d’entamer une réflexion sur les sujets suivants :

  • nos outils collaboratifs,
  • nos procédures pour formaliser et capitaliser nos actions,
  • l’élaboration d’un guide à l’attention des organisateurs des événements PostgreSQL (qui peuvent ou non disposer de leur propre comité Code de conduite),
  • la formalisation de nos interactions avec la Core Team.

Après quelques mois, je dois dire que concilier ce nouveau temps de contribution à ma vie personnelle et professionnelle n’est pas toujours facile. En outre, le fait que toutes nos communications se fassent en anglais - qui n’est pas la langue maternelle pour tous les membres du comité - demande un effort pour expliciter nos discours, afin de faire face aux subtilités de la langue et aux différences culturelles.

Mais c’est aussi ce qui fait la richesse de cette nouvelle façon de contribuer à la communauté PostgreSQL !


DALIBO

DALIBO est le spécialiste français de PostgreSQL. Nous proposons du support, de la formation et du conseil depuis 2005.