Paris, le 26 juin 2019

La semaine dernière avait lieu une nouvelle édition très réussie du PGDay France à Lyon.


L’Université Lyon 2 nous recevait dans un cadre magnifique :

pgday_fr_2019_1 pgday_fr_2019_2 pgday_fr_2019_3

L’ensemble du programme est disponible ici. La plupart des supports de présentation sont déjà disponibles.

Le ressenti que je vous livre ci-dessous est tout à fait personnel, mais il me tenait à cœur de partager avec vous cette expérience une nouvelle fois très enrichissante humainement.

Préalablement au pgDay lui-même avait lieu la soirée d’ouverture sur la péniche Ayers Boat à Lyon. Un premier moment de partage et d’échange très apprécié. Ce qui fut également très apprécié de mon côté “belge” fut le très large choix de bières belges au fût : Triple Karmeliet, Kwak, Chouffe… Mais revenons à nos moutons…

Pour commencer cette nouvelle journée de conférences, Zoé Maltet nous a parlé de la place des femmes dans le monde informatique d’hier, d’aujourd’hui et de demain : Informatique, genre et légitimité. Bien que certains pays, comme la Malaisie, nous montre l’exemple, il est encore difficile de combattre les stéréotypes des métiers du domaine des TIC.

pgday_fr_2019_zoe

Daniel Vérité nous raconte ensuite comment une attaque de type ACIDRain (via des transactions concurrentes) a pu faire fermer une banque. Le mode d’isolation des transactions par défaut de PostgreSQL étant READ COMMITED, il nous apprend comment sécuriser nos transactions concurrentes avec d’autres niveaux d’isolation (REPEATABLE READ et SERIALIZABLE).

pgday_fr_2019_daniel

Après une pause café bien méritée (et bien fournie en viennoiseries), Lætitia Avrot nous emmène non pas dans les schémas de données avec le système Avro de la fondation Apache, mais bien dans le monde merveilleux du SQL. Elle nous décrit comment, à l’aide de ce langage complet bien que non-procédural, il est possible de venir à bout des problèmes les plus complexes à l’aide de fonctionnalités méconnues.

pgday_fr_2019_laetitia

Gilles Darold nous montre par la suite quelques-unes des fonctionnalités avancées et intéressantes de pgBadger. Cet outil, à la fois simple et extrêmement utile, comporte toutefois plus de 80 options en ligne de commande. Une nouvelle version contenant certaines nouveautés intéressantes devrait d’ailleurs voir le jour très prochainement.

pgday_fr_2019_gilles

Vient alors le temps de la pause repas. Les grands espaces (tant à l’intérieur qu’à l’extérieur) offerts par l’Université, ainsi que la durée appréciable de cet interlude, ont vraiment été propices aux échanges entre participants.

Manuel Pavy explique ensuite comment il a pu implémenter du partitionnement au CNES en se servant de coordonnées géographiques (latitude et longitude) comme clé de partitionnement. Un très bel exemple d’utilisation de l’extension PostGIS. Une impression personnelle me fait penser que de plus en plus d’utilisateurs viennent à utiliser PostgreSQL de par leur utilisation de PostGIS justement. Cette extension étant très largement plébiscitée dans la communauté SIG…

pgday_fr_2019_manuel

Le point d’orgue technique de cette journée, pour moi, arrive enfin avec Ronan Dunklau. Il nous montre comment il a pu, avec l’aide de plusieurs collègues, se servir de l’infrastructure de réplication existante dans PostgreSQL pour construire son propre système de réplication logique plus adapté aux besoins de PeopleDoc. Déclinée en plusieurs briques, écrite en langages différents (C, Python, Perl), l’intention est bien de libérer le code dès que possible afin d’en faire profiter la communauté. Affaire à suivre donc !

pgday_fr_2019_ronan

Après une nouvelle pause, Anthony Nowocien nous fait part de son retour d’expérience sur les différents outils disponibles pour charger un volume important de données. De l’INSERT au COPY, en passant par des outils externes comme pg_bulkload, il est même allé jusqu’à développer son propre système : pg_discard. Chaque méthode ayant ses avantages et inconvénient dans chaque situation, il est recommandé à chacun de tester avec son cas d’utilisation précis.

pgday_fr_2019_anthony

Pour revenir au monde SIG, Regis Haubourg, président de l’association OSGeo-fr, nous explique du SIG à une base de données de référence décisionnelle, quelle architecture de base de données choisir. Il s’agit peut-être de la conférence dont le contenu m’a le plus surpris. Plutôt qu’une longue introduction théorique, Régis nous a plutôt fait partager son expérience au travers des “pires” pratiques qu’il ait pu rencontrer. Didactique et convivial, il remet les données au cœur de nos métiers. Du développeur au DBA, il est important de valoriser les données récoltées pour réussir à concevoir une architecture cohérente.

pgday_fr_2019_regis

Enfin, une dernière pause et Julien Riou nous emmène dans les coulisses de l’infrastructure interne (et hautement disponible) chez OVH. Toutes les étapes sont passées en revue. De l’outil de promotion automatique des instances PostgreSQL (Patroni), à la technologie de sauvegarde utilisée, en passant par l’intégration des processus de BI et de mise à jour. Cette architecture, bien qu’encore uniquement disponible en interne chez OVH actuellement semble toutefois robuste. En effet, Julien, qui était d’astreinte lors de sa présentation, n’a pas été dérangé par un incident de production en plein milieu… :-)

pgday_fr_2019_julien

Ayant eu la chance de participer au comité de sélection des conférences cette année, j’avais vraiment hâte d’assister à cette journée. Avec une organisation au top, des pauses régulières et de durées appréciables, j’ai réellement pris beaucoup de plaisir aux différentes rencontres et aux nombreuses conversations avec les participants.

À nouveau, je tenais à remercier chaleureusement organisateurs, orateurs et participants.

À l’année prochaine !


DALIBO

DALIBO est le spécialiste français de PostgreSQL. Nous proposons du support, de la formation et du conseil depuis 2005.