J’ai parlé de deux différentes implémentations des transactions autonomes avec PostgreSQL dans mon article précédent du 19 Août. Le 31 août, Peter Eisentraut a soumis un patch pour intégrer la syntaxe PRAGMA AUTONOMOUS_TRANSACTION à la Oracle dans le cœur de PostgreSQL. Voyons voir ses performances.

Voici un exemple très simple d’un PostgreSQL patché utilisant une fonction avec le pragma de déclaration d’une transaction autonome. Cet exemple trace indépendamment certaines actions réalisées dans la base quel que soit le résultat final de la transaction en cours.

CREATE OR REPLACE FUNCTION log_action_atx (
	username text, event_date timestamp, msg text
) RETURNS VOID AS
$body$
DECLARE
	PRAGMA AUTONOMOUS_TRANSACTION;
BEGIN
	START TRANSACTION;
	INSERT INTO table_tracking VALUES (nextval('log_seq'), username, event_date, msg);
	COMMIT;
END;
$body$
LANGUAGE plpgsql;

CREATE OR REPLACE FUNCTION log_action (
	username text, event_date timestamp, msg text
) RETURNS VOID AS
$body$
DECLARE
        v_query     text;
BEGIN
	-- Call the autonomous transaction
        v_query := 'SELECT log_action_atx ( ' || quote_nullable(username) ||
		 ',' || quote_nullable(event_date) || ',' || quote_nullable(msg) || ' )';
        EXECUTE v_query;
	-- Do something else
END;
$body$
LANGUAGE PLPGSQL;

Ce benchmark compare les performances des transactions autonomes implémentées en utilisant dblink, pg_background, et le patch pragma. Il a été réalisé sur mon PC personnel avec 1 CPU AMD FX(tm)-8350 et 8 cœurs. Ne faites pas attention aux niveaux de transactions par seconde, c’est tout à fait attendu sur ce type de matériel mais cela vous donnera une idée des performances que vous pouvez attendre de ces différentes solutions pour mettre en œuvre des transactions autonomes.

Dans ce test, on peut voir que pg_background et pragma autonomous_transaction ont quasiment les mêmes performances. Ce n’est pas surprenant car le patch pragma autonomous_transaction utilise aussi des background workers pour créer une session autonome.

Si ce patch permet sans aucun doute la simplification de mise en œuvre des transactions autonomes, il ne permet pas encore le mode asynchrone. Ceci est clairement un gros avantage des solutions dblink ou pg_background, en mode asynchrone elles sont très largement plus performantes que le patch pragma autonomous_transaction.

Notez que les autres SGBD implémentant les transactions autonomes n’ont pas non plus de mode asynchrone, tout au moins à ma connaissance.

Mais peu importe, si ce patch est intégré dans cette forme ou une autre, vous aurez à disposition trois solutions pour gérer vos transactions autonomes, ce qui est une vraie richesse. Le problème est que les solutions qui construisent les transactions autonomes sur la base des background workers provoquent la création d’un nouveau processus à chaque fois qu’une telle transaction est appelée. Ceci a un coût de performance de quelques millisecondes à chaque fois et cela génère aussi un surcoût de context switches. S’il était question de sous-transactions validées avant et indépendamment de la transaction appelante, nous aurions une bien meilleure solution.


DALIBO

DALIBO est le spécialiste français de PostgreSQL. Nous proposons du support, de la formation et du conseil depuis 2005.